L’histoire du Chanvre…

Le Chanvre, témoin du développement de l’Humanité

Le chanvre est une des plus anciennes plantes domestiquées par l’Homme. Les premières   traces écrites à son sujet remontent à 8000 ans avant notre ère, en Chine. Ses premières apparitions en Gaule date du Vème siècle avant Jésus Christ. On ne sait en revanche s’il s’agit d’importations ( via La Canebière à Marseille) ou bien si le chanvre était cultivé sur notre territoire

Jusqu’au XVII ème siècle, les sources écrites sur la culture du chanvre sont rares. Cependant, les expansions territoriales, les découvertes de contrées nouvelles, les échanges commerciaux se font massivement par la mer et le chanvre possède les qualités requises pour les voilages et les cordages des navires. Ceci atteste de sa présence de plus en plus massive dans notre pays, et ce depuis Charlemagne, qui encourage sa culture.

Le chanvre sert alors essentiellement au tissage et au cordage. Le premier papier est en chanvre. Les Arabes vont perfectionner les techniques de fabrication du papier: Religion,philosophie et sciences vont ainsi passer plus sûrement à la postérité.

Au XVI ème, XVII ème et XVIII ème siècles , le chanvre devient réellement un enjeu stratégique: un navire de taille moyenne utilise entre 70 et 80 tonnes de voilage et cordage…par an! La France est en proie à des guerres maritimes, avec l’Angleterre, avec l’Espagne, il faut suffisamment de chanvre pour ne pas entraver la puissance du pays. Nombre d’alliances, de blocus sont générés par ce besoin. Jusqu’à l’Angleterre qui encouragera le tsar de Russie à se désolidariser de Napoléon

Le déclin

L’arrivée de la machine à vapeur, la production de coton en Amérique et l’industrialisation du tissage vont entamer  le déclin du chanvre au XIX ème siècle. La production sur le sol français chute durant la deuxième partie du siècle et nous importons la quasi totalité de nos besoins. Même la toute première prime agricole créée pour encourager les chanvriers ne suffira pas…

Entre les deux guerres, de l’autre coté de l’Atlantique, la marijuana est de plus en plus populaire. La raison est toute trouvée pour ouvrir la route aux pétroliers (main mise sur le développement en flèche de l’automobile: la Ford T était en partie construite avec une biomasse issue du chanvre) et aux forestiers (  qui veulent seuls fournir la matière première à la fabrication du papier). Le tout nouveau nylon made in USA n’est pas en reste…

Après la deuxième guerre mondiale, seul le bloc de l’Est fait front à l’hégémonie américaine sur l’interdiction pure et simple de la culture du chanvre!… Et la France! (Avec seulement quelques centaines d’hectares sur tout le territoire)

Un retour timide

Dans les années 90, on observe un renouveau du chanvre industriel en France ainsi qu’en Europe, ou l’interdiction d’en cultiver est levée ( canada et Australie devront attendre 1997).

Cette renaissance est en partie due à la conscience environnementale. Le peu de besoin en eau de la plante, sa possibilité d’être cultivé en bio, voir en sans labour, sa forte capacité d’absorption du CO2 et les multiples usages dans de nombreux domaines: plasturgie, papier, santé, vêtement, construction n’en font elle pas la plante de l’avenir?

Mais, autant de domaines, autant de lobbys…

La prime de réimplantation du chanvre créée dans les années 90, pour le chanvre sans psychotrope, aura fait long feu, en France pour le moins, puisqu’elle est nouvellement attribuée avec la condition siné-quanon de la vente des agriculteurs aux industriels…