Travail du sol

                     Quels outils et quelles techniques ?

La pratique de TCS ,Techniques Culturales Simplifiées, autrement dit le sans labour, limite le nombre d’outils à utiliser : grâce à un seul outil, nous pouvons effectuer plusieurs actions. Nous sommes donc équipés d’un déchaumeur « canadien » (ou « chiesel »). Cet outil permet effectuer le déchaumage après la moisson, (action qui consiste à détruire la chaume), la préparation des sols pour faire d’une prairie un champs ( c’est le scalpage,qui se réalise en 3  passages à différentes hauteurs). Pour ces travaux, le chiesel est équipé de dents de type « patte d’oie ». Avec des dents plus étroites, il fissure un sol trop compacté par ses antécédents agricoles .

Déchaumeur canadien

Qu’est ce que le scalpage?

Le scalpage est l’action de  découper ce qu’on appelle « la tape », c’est à dire la couche de racines de l’herbe. Celà permet de faire mourir cette dernière sans retourner le sol. quand on pratique le sans labour.

Pourquoi nous n’utilisons pas d’outils rotatifs sur nos sols ?

Pour la culture de nos champs, aucun outil rotatif n’est utilisé pour le travail du sol. Nous avons fait ce choix pour limiter les dégâts engendrés sur nos sols: les outils rotatifs, meme s’ils ne sont pas réglés en profondeur, broient les vers de terre et impactent ainsi directement la vie du sol.

           L’importance des vers de terre pour le sol:

Les vers de terre sont très importants pour les sols car leurs galeries aèrent le sol et qu’ils   décomposent  la matière organique (chaumes, compost, feuilles, branchages, déjections animales) pour la transformer en éléments nutritifs.

Désherbage mécanique : l’importance en bio

En agriculture biologique,aucun produit chimique ou phytosanitaire n’est autorisé pour le désherbage. Celui ci est cependant nécessaire puisqu’il diminue la pression et le srtess hydrique sur les cultures. Aussi,  s’effectue t il de manière mécanique, avec une herse étrille, qui « gratte » la surface du sol entre les plants afin d’arracher les mauvaises herbes. 2 à 3 passages sur les jeunes pousses, à des stades de croissance décisifs, suffisent à désherber et à fournir aux différentes cultures les conditions nécessaires à leur développement.

Le passage d’une herse étrille sur une prairie à la fin de l’hiver permet également d’encourager la pousse de l’herbe en décollant les feuilles mortes, les vieilles herbes et la mousse et en étalant les déjections animales.

Herse étrille